• Seul dans l'immensité

    Isolé dans l'éternité

    Perdu dans les méandres de la vérité

    Confus dans les cendres de la colère

     

    Guidé par une lumière

    Tiré de la noirceur

    Pour un un nouveau départ

    Pour une nouvelle ère

     

    Gagné d'une nouvelle peur

    Peur de tout, peur de rien

    Des leurs, des miens

    Du mal, du bien

     

    Peur de regagner l'isolement

    Peur des événements

    Mais avec une certitude :

    Celle que la lutte sera rude

     ______________________________

     

    Les vagues s'abattent sur la grève

    Le vent souffle sur les dunes

    Et dire que c'est un rêve

    Mes doigts tapotent les runes

     

    La bruine caresse mon visage

    Le froid vivifie mon esprit

    La brume lèche le rivage

    Ils ont tout détruit

     

    Au loin un phare se dresse, en solitaire

    Tout près un phoque sors de l'eau

    Dernier de son espèce, il ère

     

    Plus rien n'adviendra

    Plus rien ne fleurira

    C'est la fin

    N'hésiter pas à laisser un commentaire

    Merci de respecter les droits d'auteur (Tout ces poèmes sont de Mervyn Guillou)


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires